Archives pour la catégorie La Rochelle

Francos… folies !

Ca y est nous y sommes. 6 mois de préparation, l’impression d’être en cours et de travailler sur un projet fictif du style « vous travaillez sur un festival de musique française et mettez en place une nouvelle stratégie de diffusion des supports de communication …». Du flou complet, on voit le site se monter sur l’autre rive de la ville, les techniciens arrivés en masse, puis les artistes. On travaille 16 heures par jours, et voilà, c’est lancé !

Hier, vendredi 11, début de soirée au Théâtre Verdière de la Coursive. En première partie, Piuma, un duo féminin de rock français. Jolies, sexy, voix, guitare et batterie,100 personnes dans une salle, elles mettent le feu. Bien joué les filles ! Tenez bon, il faut prouver à ces machos de rockeurs que les nanas aussi savent jouer, et bien. Juste après elle, Constance Verluca. « Vive le chocolat, l’héroïne et la vodka ! ». Vraiment barrée, vraiment trop bien roulée (le genre de fille qui agace facilement les autres), mais un public vraiment trop mou. Dommage, parce qu’elle aussi aurait pu enflammer La Rochelle.

23 h, scène Saint Jean d’Acre, Dionysos. Un décor « Mécanique du cœur », toujours les mêmes zicos, Babet et… Mathias Malzieu. Premier morceau, le ton est donné, ce sera très rock. 10 ans qu’ils jouent ensemble, 4ème Francos et une envie folle de se faire plaisir en comblant le public. Jack, Giant Jack, Madeleine, Mathias enchaîne les « tubes » du dernier album sans oublier les classiques comme « La Métamorphose De Mister Chat » ou « Song for Jedi ». Il n’oublie pas non plus de se jetter dans la foule, de la traverser en slam pour rejoindre la régie son, puis la plateforme VIP avant de se rejetter dans la fosse et finir son concert à moitié torse nu. On notera aussi l’intervention de Cali, qui avait clairement décidé de faire n’importe quoi, ce qui, bien évidemment, n’a pas déplu à Malzieu qui en a remis une couche.
Concert déluré, mais très belle performance musicale et scénique. Sans doute un des plus beau concert que j’ai vu jusqu’à présent.

Ce soir, Asa, la « révélation pop de la soul nigériane » sur la grande scène St Jean d’Acre. Son très pop avec ce petit plus qu’ont les musiciens et chanteurs noirs : le groove. Des constructions musicales relativement simples mais accrocheuses avec une voix soul qui donne envie de bouger (on ne s’est d’ailleurs pas privé). Très bon moment, mais là encore un public mollasson attendant sans aucun doute les deux grosses têtes d’affiche de la soirée :  Bernard Lavilliers et Tiken Jah Fakoly.  Fatigue oblige, je n’ai vu que le début du show de Lavilliers, toujours égal à lui même et visiblement décidé à taper sur les doigts de notre cher et tendre Président de la république. Des petits pics bien tournés et intelligemment placés, juste de quoi faire sourire ou réfléchir.

Il est maintenant 23 h 45, et demain le réveil sonne à 6 h 30 pour aller coller des affiches. Je vous souhaite donc une très bonne nuit.

Monsieur « Moi je… »

 

Ce w-e c’était direction la Bretagne Sud, et plus précisément, la presqu’île de Local-Mendon située entre Vannes et Lorient. Comme d’habitude, le trajet depuis La Rochelle s’est fait en train. Ce moyen est, certes très pratique et relativement économique étant donné le prix du gasoil à la pompe, mais il implique aussi le fait que vous devez passer une à cinq heures assis à côté d’un ou d’une étranger(e). Pour le retour, l’étranger assis à côté de moi s’appelait Monsieur « Moi je… ».

A priori, charmant métisse d’à peu près mon age, cet étranger semblait pouvoir égayer ma dernière heure de trajet. Pas contrariant, il me laisse le côté fenêtre alors qu’il était censé en bénéficier. On commence par s ‘échanger des banalités du type « vous allez jusqu’où ? », « Vous faites souvent ce trajet ? »… Et puis, Monsieur « Moi je… », n’a plus posé de question et n’a fait que parler. Si, je vous assure. Il restait donc 54 minutes de trajet et il n’a fait que parler. Si encore il m’avait raconté des choses passionnantes, parlé de ses voyages à l’autre bout du monde, de l’association humanitaire dans laquelle il travaille… Ok ! Mais, là, il m’a détaillé en long en large et en travers le contenu de sa formation de sous-officier qu’il suivait à Saint Maixent (trou du cul du 17), ces horaires, son salaire, comment il le dépensait… En bref, des trucs dont je me fichais royalement. Le meilleur moment (environ 25 minutes) a tout de même était celui où m’a expliqué, toujours très en détails, comment se déroulent leurs entraînements au combat. La construction des planques, la façon dont ils creusent des rigoles et étalent les cailloux lorsqu’il pleut, comment sont disposées les tentes… Tout, il m’a tout dit. A un moment donné, j’ai même cru qu’il allait se mettre à plat ventre au milieu de wagon pour me montrer quelle était la position de combat idéale, après avoir hurlé «AAALEEEERTEEE ! EN POSITION !!!! ». La moitié du wagon s’est retourné vers nous, mais visiblement, cela ne l’a pas gêné. Il a continué… Rien ne l’arrêtait. J’avais beau bailler, regarder dans le vide, ne rien répondre à ses pseudo blagues à deux balles. Rien n’y faisait. Il continuait.

Mais pauvre con ! T’as pas compris que j’aime pas l’armée et qu’en plus de ça, tu viens de me dire que tu es payé plus que moi en étant en plus nourrit et logé, tout ça pour apprendre à jouer à la guerre. Imbécile ! T’as bien trouvé ta voix. Reste militaire !

Fever Party

Euh… non… Je ne prépare pas le prochain tube de Pricillia, je suis juste sortie en boîte à La Rochelle. Et quelle boîte ! Le Fever… Un mardi soir…

Mardi, après un repas d’équipe de travail – pas bon, mais relativement alcoolisé – un noyau d’une dizaine de personnes, dont moi même, décidons de bouger dans un des bars sympas du port de plaisance où nous étions. Nous optons pour le « Bout du monde ». Non, pas celui de Brest avec les moules frites et les grandes tablées de voileux, mais un p’tit bar aux couleurs et son reggae. Au sol, une moquette de sable. Agréable. On enlève nos chaussures. Cadre plutôt sympa et carte aussi. Après le vin qui pique du repas, un p’tit planteur ferait le plus grand bien. Qu’est ce qu’on attend ? Après des verres (je ne peux pas dire combien), on se rend compte qu’il y a juste à côté une boîte de nuit. A l’entrée, une marmule à l’air gentiment bête et une affichette qui n’a pas échappée aux yeux de ceux et celles qui me chambrent depuis deux semaines avec ma nouvelle couleur de cheveux : « Jeudi, les blondes passent la secondes ». Ca donne envie… Non ? Nous n’avons pu résister à cet appel des blondes. Oui, c’était mardi, mais parfois, le rhum vous brouille vos repère chronologiques… Derrière la porte d’entrée, un grand escalier glauque, entrée gratuite (ça valait mieux !) et au bar, deux parfaites blondasses, poufiasses aux seins siliconés… Sur la piste une pauvre nana qui avait sans doute hésité entre l’intégrale de « Dr Queen, femme médecin », « Briget Jones » et une bonne cuite au Fever – vous connaissez son choix – et puis nous, troupeau de gueules saoules déchaînées avec pour seul objectif se défouler – si possible – en se mettant la tête à l’envers.

Et c’est parti sur la piste ! Zouk, calypso, reggae, danse orientale, le tout, sponsorisé par Fun radio et M6… Hum ! Que du bon ! Quelques minutes après notre entrée, alors que nous suions tous déjà à grosses goûtes – c’est le rhum…- la musique s’arrêta nette et laissa place à une voix de chouette hulotte enrouée tentant péniblement de chanter un des tubes planétaires de la plus grandes artistes québécoise qu’il soit : Céline Dion messieurs dames ! Alors là… quoi faire ? Partir en courant ? Non, trop facile ! Faire comme si de rien n’était ? Non, pas possible, trop drôle ! Et bien… faire comme elle !! Nous avons donc passé le reste de la soirée à chanter du Dalida « Paroles paroles », La Compagnie Créole « Au bal masqué » et même Johnny « Allumez le feu »… Si, si je vous assure, on l’a fait !! Ca faisait très longtemps que je n’avais pas rit autant, surtout à La Rochelle. Imaginez, les stagiaires, les saisonniers, dont moi, la commerciale, mère de famille de 38 ans, le responsable de la programmation, parisien « type » de 30 ans, l’administratrice de 55 ans (la plus déchaînée)… Tous ivres un mardi soir au Fever. Que du bonheur ! Le tout pour la modique somme de… Rien, c’est les Francos qui paient ! On devrait saouler l’administratrice plus souvent !

Je sais, cette histoire peut laisser sans voix, surtout pour ceux et celles à qui j’ai parlé de l’ambiance de boulot plus que tendue dans laquelle je bosse depuis trois mois. Mais je vous assure, c’est vrai. La preuve en photo !!

 

Alluuuumeeeeez le feeeeeeuuuuu !!!!

pict0010.jpg

paroles...paroles...

Feever Paaaartyyyyy

Un chauve dans la cage à blonde...

Une blonde et un chauve... mais pas dans la cage !

 

La Rochelle, ville du bord de Terre

La Rochelle, ancienne ville protestante fortifiée, est aujourd’hui la préfecture de la Charente maritime… Passionnant ! Murs blancs, rues pavées, joli port plein de gros bateaux qui puent le fric et pour la forme trois clodos allemands installés dans la ville après la signature de l’arrêté municipal contre la mendicité (« des pauvres d’accord, mais pas chez moi ») signé par l’ancien maire PS (bravo le socialo !).

La Rochelle est implantée sur la façade atlantique et vie au rythmes des marées. Cependant, une chose, non, plusieurs choses me choquent dans cette ville (outre le fait qu’il n’y a pas, ou peu, de SDF).
La première est qu’il n’y a ni mouette, ni goéland, ni n’importe quel autre oiseau de mer… Quand vous mangez sur le port, les pieds au dessus de l’eau, ce ne sont pas les mouettes qui viennent piailler à côté de vous, mais de jolis cols verts ainsi que… des pigeons… Incompréhension. Auraient-ils également signé un arrêté municipal contre les oiseaux de mer ?
La deuxième est que cette ville implantée en bord de mer ne sens pas la mer. Aucune odeur de sel, d’algues ou de vase ne parvient à vos narines. Pas de goéland, pas d’odeur de mer, pas de marin, pas de pêcheur… La Rochelle est une ville du bord de terre.

 

Il s’agit là du deuxième article que j’écris sur cette ville et je ne vous propose qu’un triste et sombre tableau. Rassurez-vous, il y a quand même quelques trucs sympas à La Rochelle : les trains, qui en trois heures vous emmènent à Paris, une bonne pizzeria et un coin terrible, situé près du Gabut. On peut y trouver cela :

Visage d'un homme

Visage d'un homme 2

Un autre monde

La Rochelle : Ville de glands, poils aux dents

Et bien voilà ! Je suis installée à La Rochelle. Pour ceux et celles qui n’auraient pas suivi, une guéguerre de pouvoir entre deux de mes supérieurs m’a amené à quitter Paris pour La Rochelle, cœur des Francos. Le tout (recherche de logement, déménagement, emménagement…) s’est fait en deux semaines. J’ai eu beau déménager environ dix fois en 4 ans… Celle là, on ne me l’avait jamais faite !

Bref… Me voilà de retour sur la côte atlantique. Il fait, beau, bon et La Rochelle « belle et rebelle » (c’est le slogan des rochelais, faut pas leur en vouloir…), est vraiment une très jolie ville.

Je squate un studio de 19.16 m2, situé à 500m de mon taf, dans une résidence étudiante. Si je n’ai plus le droit aux joies des transports en commun, je retrouve celles de la vie étudiante et plus particulièrement celles des voisins étudiants. En effet, si hier soir je demandais encore si j’avais ou non des voisins, j’ai pu obtenir une réponse très claire ce matin lorsque je me suis réveillée à 7h15 (je commence à 10h…) avec la douce musique de Black Eyed Peas résonnant à travers ma cloison. Si habituellement j’adore cette chanson (la reprise de la B.O. de Pulp Fiction), ce matin, je n’ai que moyennement apprécié cette mélodie. Après 10 minutes passées à tenter de me rendormir pendant que mon voisin, lui, augmentait le son en fonction de ses phases de réveil, j’ai fini par me lever pour, comme une mégère, taper sur le mur. N’ayant pas de balais, j’y suis allée à mains nues. Pas de bol, ce n’était pas du placo, mais du béton. Résultat : le béton ça fait mal et en plus ça ne fait pas de bruit quand on tape dessus ! La main éclatée, je cherche mes boules quies au fond de mon sac et retourne me coucher.

Je dois également préciser que hier soir, n’ayant rien à faire, aucun endroit ou sortir et surtout personne à qui parler (Eh !! Les colocs !! Vous êtes où ? M’ennuie moi !), j’ai passée ma soirée à regarder Tarzan sur mon ordi. Folle soirée, folle nuit… Réveil…

AHAHAHAHAHAH ! Qui est l’abruti qui a dit qu’on était « plus tranquille en province » ? Evidemment on est plus tranquille, il n’y a rien à faire !! Mais faut pas oublier qu’il y a des cons partout, la preuve, j’en ai un juste à côté de chez moi !


A Propos

Vous parcourez actuellement les archives du blog goelandsETpigeons pour la catégorie La Rochelle.

Les articles très longs sont tronqués. Cliquez sur le titre d'un article pour le lire en entier.

Catégories


Fred et Rick sont dans un b... |
Mes 3 annèes avant 30 ans... |
mon existence est une campa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma Vie !!!!!!
| essais
| leduo